www.lefil.com - Mon compte Crédit Agricole Pyrénées Gascogne en ligne - Votre Espace Cl...

Inflation — Quels placements pour protéger son épargne ?

Depuis 2021, plusieurs pays subissent l’inflation : une hausse plus ou moins forte du prix des produits de consommation. Cela est dû en grande partie à la reprise économique post-pandémie qui n’aurait su manquer le rendez-vous après une crise sanitaire de plusieurs années. Elle s’accroît encore plus en 2022 à travers la flambée de l’énergie et des matières premières ainsi que la forte instabilité géopolitique en Europe. Pour les épargnants, l’inflation est un fléau qui au fil du temps contribue à la perte du pouvoir d’achat de leur économie en compte. Il convient donc de trouver des solutions d’investissement efficaces pour limiter son impact sur votre épargne. Fort heureusement, il existe un certain nombre de placements qui peuvent protéger de ces hausses.

Les placements qui ne pourront pas résister à l’inflation

Avant de savoir quels sont les bons placements à faire pour prospérer, il faut déjà…éviter les mauvais ! Avec un taux d’inflation supérieur à 6 % en France depuis octobre 2022, il est important de limiter l’exposition à des placements au rendement réel négatif ou presque nul. À ce titre, les livrets bancaires comme le livret de développement durable et solidaire (LDDS), le livret A, et autres livrets du même genre sont des produits financiers à éviter.

Le livret A par exemple, un compte d’épargne, affiche un taux d’intérêt de 2 % depuis le 1er Aout ; taux qui sera maintenu jusqu’au 1er février 2023 selon le service public français. Ce pourcentage ne permet pas de couvrir l’inflation et si vous cherchez à vous en protéger en plaçant votre argent sur le livret A, ce choix vous fera perdre du pouvoir d’achat puisque le montant épargné ne fera que diminuer d’année en année.

Pour vous en rendre compte, il vous suffit de vérifier l’évolution des fonds de votre livret A depuis votre banque sur la durée. Par ailleurs, il en va de même pour le taux du Livret d’Epargne Populaire (LEP) qui est de 4,6 % et des fonds euros de l’assurance-vie qui ne sont pas aussi rémunérateurs en période d’inflation.

Les bons placements à réaliser

Vous pouvez peut-être vous livrer par précaution à une épargne court terme sur fonds restreints, néanmoins pour résister à l’inflation, il faudra se tourner vers des investissements plus risqués mais contrôlés. Explorons-les ensemble.

Lire aussi  Examen du logiciel d'impôt Credit Karma 2022

Les Cryptomonnaies (Bitcoin)

Souvent appelé l’or numérique, le Bitcoin suscite un engouement croissant. Cette monnaie électronique a été pensée en opposition aux politiques monétaires inflationnistes. En effet, sa création était limitée à 21 millions d’unités. Ainsi, une hausse élevée et durable des prix favorise la promotion de cette crypto-monnaie. Il pourrait avoir d’ici les prochains mois une nouvelle vague d’intérêt pour le Bitcoin ainsi que les autres monnaies numériques, tant ces dernières chamboulent le système financier actuel. Les crypto-monnaies qui pèsent le plus en 2022 pour le moment sont Bitcoin, Solana, Cardano, Ethereum, Binance USD, Polkadot, Tether, etc.

Ces crypto-monnaies sont si populaires qu’elles servent régulièrement dans de gros secteurs comme celui du divertissement. Certains casinos en ligne par exemple les utilisent comme moyen de paiement pour permettre aux parieurs de jouer aux machines à sous gratuites pour de l’argent réel. Les meilleurs jeux examinés sur casinos-en-ligne.fr sont très rémunérateurs et attirent encore plus de joueurs lorsque l’établissement rémunère en cryptomonnaies. Dans des secteurs autres que celui des machines à sous gratuites, la monnaie virtuelle s’installe aussi en force et l’inflation ne risque pas d’inverser cette tendance ; bien au contraire. Pour combattre les hausses, vous pouvez « Staker », c’est-à-dire immobiliser vos monnaies numériques dans un contrat intelligent de manière à en obtenir des intérêts.

L’Or

Ce n’est un secret pour personne ; l’or agit de manière contracyclique à l’inflation. C’est donc la recette la plus naturelle pour lutter contre la hausse des prix. En effet, L’Or est un actif physique qui conserve sa valeur la majeure partie du temps. Son cours augmente en temps de crise lorsque les marchés boursiers baissent et il représente donc un excellent investissement pour modérer cette baisse des taux d’intérêt de rendement des obligations.

L’investissement peut se faire à long terme dans l’Or physique comme à court-moyen terme dans l’Or papier. Dans le premier cas, acquérir de l’Or physique garantit une certaine sécurité de la richesse à long terme, mais ne rapporte aucun intérêt ni dividende. Par contre, l’Or papier est un produit financier donnant droit au retrait d’Or physique et utilisé en bourse. Sa valeur suit celle de l’Or physique avec un rapport de 1/500 et il peut générer des plus-values. Suivant le cours de l’Or qui peut être plus ou moins volatile, l’on peut tirer des bénéfices en sachant acheter et revendre ces produits financiers au bon moment. Il faudrait tout de même rester attentif, car, pour étouffer l’inflation, les banques centrales ont tendance à recourir à l’assouplissement quantitatif ; une élévation volontaire des taux d’intérêt. Cela peut faire baisser en conséquence le prix de l’Or. Ce dernier ne s’exprimant qu’en dollars, vous devrez également faire attention au change dans vos comptes pour réaliser un bénéfice.

Lire aussi  Comment activer Certicode plus à la Banque Postale

L’immobilier locatif

Lorsque la tendance est inflationniste, l’immobilier fait partie des potentielles solutions d’investissement, particulièrement l’immobilier locatif. Dans ce secteur, la valeur d’un bien (immeuble, location, etc..) suit la tendance de hausse des prix à cause de l’indice de référence des loyers (IRL), indexé à l’inflation. En tant que propriétaire, vous pouvez donc redéfinir annuellement le loyer en fonction du cadre contextuel et réglementaire. L’IRL sert de base à cette redéfinition et c’est tout à votre avantage, car cet indicateur est axé sur l’évolution moyenne des prix de consommation sur une année pleine. Dit plus simplement, plus la tendance est à la hausse, plus les règles vous permettent dans une certaine mesure d’augmenter vos prix. La recherche d’un logement n’étant pas une mince affaire, la hausse des prix de loyer ne vous fera pas perdre autant de clients que dans d’autres secteurs.

Si la marque s’occupant de la location détient une certaine notoriété, c’est encore mieux, car l’entreprise ou le particulier propriétaire de l’immobilier pourra exercer le « pricing power ». Ces dernières années, les prix de l’immobilier sont haussiers mais le secteur a quand même réalisé un record en passant la barre du million de volumes de transactions. La pierre reste donc un bon plan, mais à condition d’avoir assez de ressources pour vous y lancer. Pensez à opter pour les zones rurales qui, contrairement aux villes phares, y sont pour beaucoup dans le maintien à flot de l’industrie immobilière.

Les SCPI

Dans le cas où vous seriez intéressé par l’immobilier, mais que vous manquez de fonds pour vous y investir, les Sociétés Civiles de placement Immobilier sont une alternative tout aussi, sinon plus, intéressante. Ce sont des entreprises intermédiaires qui peuvent vous permettre d’acquérir des biens immobiliers sans vous occuper des contraintes de la gestion locative.

Mais plus encore, le réel avantage financièrement est que vous pouvez acheter des parts de ces sociétés et bénéficier de taux d’intérêt intéressants. La variété de biens gérés par la société ainsi que les intérêts allant dans l’ordre du 5 % en moyenne s’avèrent être des arguments de taille pour croire en un retour sur investissement conséquent. Certains taux se rapprochent même parfois des 10 % lorsque vous choisissez la bonne société. Bien que les SCPI soient une alternative moins coûteuse qu’un lien direct avec l’immobilier, s’y investir n’en reste pas moins négligeable. Dans les premières années vous devrez investir donc entre 5000 et 10 000 € avant d’avoir des retours sur un long terme.

Lire aussi  Tout savoir sur Ethereum France

Les matières premières

Si vous n’êtes toujours pas emballé par les secteurs abordés jusque-là, mais que vous souhaitez toujours savoir comment épargner votre argent, l’investissement dans les matières premières pourrait bien vous captiver. Tout comme l’Or, les matières brutes sont des actifs physiques qui ont généralement une valeur intrinsèque.

Vous impliquer dans les matières premières qui vous intéressent pourrait avoir le même effet que l’Or si les matières brutes en question sont rares et prisées. La crise géopolitique qui se poursuit actuellement est une preuve que le pouvoir passe également par les matières premières comme le gaz ou l’électricité. Mais encore, l’énorme hausse des prix de l’énergie dans plusieurs pays suite à la reprise Covid est un second exemple de l’importance de ces matières premières en cas de crise. La variété de matières premières disponibles vous laisse la main pour choisir la matière brute qui vous convient, et établir un plan d’investissement adéquat.

Les OII

Si l’Or est une solution naturelle contre la hausse des prix, les Obligations Indexées sur l’Inflation (OII), elles, ont été exclusivement inventées pour se protéger des tendances inflationnistes. C’est avec l’Or un des moyens d’investissement les plus efficaces contre les montées de prix. Le principe est simple ; comme son nom l’indique, les OII encore appelés linkers sont des coupons indexés à l’inflation. Tous les ans ou chaque 6 mois, la valeur de l’OII est basée sur l’indice du prix de consommation. Lorsque les prix montent, le rendement des obligations est meilleur.

Un investisseur est donc sûr de faire des bénéfices et surtout d’être protégé de la montée des prix lorsqu’il mise sur des Obligations Indexées sur l’Inflation dans une période à tendance inflationniste. Pour avoir une petite idée de l’importance de ces coupons, notez que le marché des Obligations indexées sur l’Inflation représente environ 10 % du total des émissions de dette dans le monde entier.