La prévoyance médicale pour le secteur libéral

5/5 - (1 vote)

Les professions libérales, bien qu’elles jouissent d’une certaine autonomie professionnelle, font face à des défis particuliers en matière de prévoyance médicale. Dans cet article, nous explorons les difficultés auxquelles sont confrontés les travailleurs indépendants pour se couvrir en cas de maladie, d’accident et d’incapacité professionnelle. Nous mettrons également en lumière les limites des caisses de retraite obligatoires auxquelles ils sont tenus de cotiser, mais qui ne fournissent pas une couverture adéquate.

 

L’autonomie professionnelle et la vulnérabilité

Les professions libérales jouissent d’une liberté professionnelle enviable, mais cette indépendance s’accompagne d’une vulnérabilité accrue en cas de maladie ou d’incapacité. Découvrez comment ces professionnels jonglent avec le besoin de prévoyance médicale tout en maintenant leur autonomie.

 

CARMF (Caisse Autonome de Retraite des Médecins de France)

La CARMF, ou Caisse Autonome de Retraite des Médecins de France, est un acteur crucial pour les médecins et les spécialistes en France. Cette caisse obligatoire offre un système de retraite adapté à leurs besoins spécifiques, tenant compte des particularités de leur profession. La CARMF vise à garantir une retraite aux praticiens de la santé, en ligne avec leurs cotisations passées, eux, qui ont consacré leur carrière à la prise en charge de la santé publique. 

Lire aussi  Les dangers de l'eau-de-vie de figue : ce que vous devez savoir

En outre, la CARMF joue un rôle essentiel pour la prévoyance médecin libéral, en leur versant des indemnités journalières et des rentes d’invalidité en cas d’arrêt maladie ou d’accidents de la vie. Il faut toutefois noter qu’en cas d’arrêt de travail, et sous réserve que cet arrêt soit couvert, la CARMF ne couvre que faiblement ses assurés, et sans contrat de prévoyance volontaire, les revenus seuls de la CARMF en cas de pépins, ne permettent pas au médecin et à sa famille à conserver un niveau de vie acceptable ni à couvrir les dépenses récurrentes d’avant sinistre.

 

CARPIMKO (Caisse Autonome de Retraite et de Prévoyance des Infirmiers, Masseurs-Kinésithérapeutes, Pédicures-Podologues, Orthophonistes et Orthoptistes)

La CARPIMKO, ou Caisse Autonome de Retraite et de Prévoyance des Infirmiers, Masseurs-Kinésithérapeutes, Pédicures-Podologues, Orthophonistes et Orthoptistes, est la caisse obligatoire de cette catégorie de professionnels libéraux en France. Cette caisse assure la gestion des régimes de retraite et de prévoyance, offrant aux infirmières et aux auxiliaires médicaux une couverture de base pour leur permettre de sortir la tête de l’eau en cas d’incapacité.

CIPAV (Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d’Assurance Vieillesse)

La CIPAV, ou Caisse Interprofessionnelle de Prévoyance et d’Assurance Vieillesse, est la caisse de retraite obligatoire pour un large éventail de professions libérales et indépendantes en France. Elle englobe divers secteurs, dont les professions artistiques, techniques, juridiques, et bien d’autres. La CIPAV gère les régimes de retraite et de prévoyance pour ces professions variées, contribuant ainsi à assurer une certaine pérennité en cas d’accident de la vie ou de maladie. 

Lire aussi  Le remboursement du Freestyle Libre 2 : comment ça fonctionne ?

En effet, les professions libérales n’ont pas la même couverture sociale et cas d’arrêt de travail et leurs charges mensuelles sont souvent supérieurs à celles des salariés du fait des loyers, et autres installations qui leur servent au quotidien dans l’exercice de leur profession. D’où l’importance pour eux de souscrire un contrat de prévoyance volontaire pour pallier aux manquements de leur caisse obligatoire et ainsi mieux prévoir l’avenir pour eux et leurs proches.

 

CARCDSF (Caisse Autonome de Retraite des Chirurgiens-Dentistes et des Sages-Femmes)

La CARCDSF, ou Caisse Autonome de Retraite des Chirurgiens-Dentistes et des Sages-Femmes, est la caisse obligatoire pour les dentistes et les sage-femmes en France. Cette caisse prend en charge les régimes de retraite et de prévoyance pour ces professionnels de la santé, qui jouent un rôle crucial dans la société. Elle leur garantie, en cas d’incapacité professionnelle et sous réserve d’éligibilité, un revenu sous forme de rente ou d’indemnité journalières en ligne avec leur cotisation.

 

CNBF (Caisse Nationale des Barreaux Français)

La CNBF, ou Caisse Nationale des Barreaux Français, est la caisse de retraite et de prévoyance obligatoire pour les avocats en France. Cette caisse gère les régimes de retraite et de prévoyance pour les membres du barreau, offrant une protection financière cruciale à cette profession juridique en cas d’incapacité de travailler.

Lire aussi  Tout savoir sur le test de grossesse

 

Les Limites des Caisses de Retraite Obligatoires des professions libérales

Personne ne veut tomber malade ni avoir un accident handicapant au point de ne plus pouvoir travailler, eh bien c’est encore plus vrai pour les professionnels libéraux, qui se retrouvent du jour au lendemain sans rentrée d’argent. 

La plupart des caisses de retraites des libéraux imposent une franchise de 3 mois sans aucun remboursement, certaines imposent en plus 3 ans de cotisations (à jour), avant de pouvoir prétendre à une quelconque indemnisation. 

Il est donc normal que les libéraux, lorsqu’ils sont conscients de la faiblesse de leurs contrats de prévoyance ont recours à des contrats volontaires qui leur assure une couverture en ligne avec leurs besoins. 

Pour pallier les lacunes des régimes de retraite obligatoires, de nombreux professionnels libéraux optent pour une assurance prévoyance individuelle, afin de protéger leur avenir en cotisant à un contrat de prévoyance volontaire et adapté.

 

Prévoyance volontaire pour un avenir plus serein

Les professions libérales peuvent surmonter les défis de la prévoyance médicale en comprenant leurs options et en agissant de manière proactive. En investissant dans une assurance prévoyance volontaire, ils peuvent garantir leur sécurité financière et maintenir leur autonomie professionnelle. La clé réside dans la planification précoce et la prise de décisions éclairées pour un avenir serein.